Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 13:45

Je me promène seul sur Mars où il fait toujours rouge gris… Ma vie est silencieuse, calme et déserte … un air au clair de la lune me chauffe le cœur et colore ma solitude … chanté par mon enfant de six ans qui joue… qui vit… Ma femme est morte il y a déjà trois ans, elle avait 40 ans… elle n’a pas pu défier notre solitude …
Je ne lui suffisais pas … notre enfant ne lui suffisait plus …
Elle ne reviendra plus jamais



Cela fait plus de 10 ans qu’ils nous ont envoyé sur cette planète, ils nous ont chassé de nos maisons, ils nous ont déraciné de notre terre… ils nous ont jeté dans une ville fantôme d’un projet politico- scientifique inachevé…ou échoué … peu importe
Et oui, ils nous ont jeté avec leurs consciences mortes dans les oubliettes… dans une ville habitée de pauvres cobayes vivants en fantômes…

La ville est encerclée par une grosse sphère qui nous assure un air respirable mais qui limitait notre liberté… qui nous interdisait tout contact avec tout humain d’une terre lointaine et inaccessible

Nous avons fait notre possible pour pouvoir nous organiser … protéger notre culture … reconstruire avec les débris de nos blessures de nouvelles maisons sans perdre l’espoir qu’un jour nous rentrerons chez nous

Au début, on était quelques centaines des quatre coins de la terre… La philosophie était notre emblème…
Nous avons subi la prison suivant l’humeur des régimes criminel devenus dictateurs que nous… avons mis en place…
Petit à petit, nous nous sommes fait étouffer, assassiner, exterminer … ils nous ont téléporté … nous ont jeté comme des déchets sur cette planète… qui pour eux est une sorte de décharge de la vie de la pensée humaine

C’est difficile, je devais me battre pour rester humain, je devais vivre pour continuer à leurs cacher l’existence de mon fils, je devais rester fort pour l’aider à grandir et lui apprendre à écrire …
Je ne devais surtout pas baisser mes bras pour pouvoir lui raconter l’histoire de nos ancêtres …
Je devais garder la tête haute pour pouvoir lui enseigner à penser et lui souffler les abc de la liberté

Tout le monde est mort à la suite d’une épidémie incompréhensible et mystérieuse … j’étais avec mon fils les seuls épargnés


Depuis quelques temps, les autres me laissent tranquilles, je ne sais pas s’ils se sont rendus compte que je suis encore en vie ou pas mais je sais qu’ ils savent bien qu’ils ont gagné, que je suis seul et qu’il n’y a plus personne pour m’écouter… encore moins pour me comprendre.
Ils me laissent même circuler à ma guise dans ma grande et terrifiante prison d’ailleurs mon bracelet électronique ne fonctionne plus…

Je suis vieux… j’étais un vrai combattant contre l’injustice… contre les dictatures… contre l’esclavagisme dit moderne… contre moi-même… Aujourd’hui, je ne suis plus une menace pour eux… d’ailleurs, ils se fichent de moi … je ne leurs sers plus à rien … je suis un non-programmable

Je suis l’avant dernier homme, je marche difficilement, mais je me tiendrai debout jusqu’au bout, je suis le dernier représentant de l’humanité ...
Je n’ai plus qu’à attendre la mort … mon unique délivrance … pour quitter cette planète d’ombres et retrouver le monde de la lumière... retrouver la liberté … la vrai
Mais mon rôle n’est pas encore fini, Il ne me reste plus qu’à lancer d’ultimes messages dans les réseaux informatiques… qui peut-être serviront si elles échappent aux virus et aux censures… je les envoie aux échappés à la dépersonnalisation…
Je jetterai de fragiles bouteilles dans le vaste de l’espace… aux autres espèces pour venir sortir mon fils du clos … à la conquête de la liberté et à l’espoir de retrouver la terre de son père
Je transmettrais ma force mon expérience mes principes à mon fils qui reprendra le flambeau si la Terre est encore habitable…

Je me souviens de la grande guerre… des milliers et des milliers de vies broyées supprimées dans de tombes inconnues collectives et anonymes … des hommes par des millions se sont désintégrés dans l’air comme s’ils n’ont jamais existé

Sur ma terre l’humanité a disparu … elle s’est fait détruire par elle même … les ordinateurs ont pris la place des cerveaux et se sont fabriqués deux images de l’humain
Une d’un automate glacial et dur contrôlé et programmé et une autre d’un humain animal sauvage et illettré … victime idéal pour le plaisir de la chasse … plaisir des grands
Assis sous un ciel étoilé immense dans son mystère perdue face au vide, je les imagine ces petits robots difformes, content de n’être plus rien, fière de ne sentir plus leurs cœurs battre et se battre
Ils s’agitent dans tous les sens pour remplir leur existence mécanique...

Oh Dieu tout puissant je suis si inquiet pour mon fils … il n’a que moi … accorde moi ta miséricorde et offre moi un peu plus de temps pour que je puisse lui tenir la main… m’assurer qu’il est sur le bon chemin et lui apprendre à se battre contre son premier ennemis lui même et contre son second ennemis le dis-humain des autres

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Je refais un test pour poster un commentaire car la dernière fois ça n'a pas marché !!!<br /> Coucou lili... Sourire
Répondre
M
Je suis comme toi Téméraire. Il y a beaucoup de messages à décoder.<br /> Mais il est vrai aussi que c'est un peu confus. Lili, si tu travailles un peu ce texte, tu pourras en faire quelque chose de très beau.<br /> As-tu déjà lu des livres de René Barjavel?<br /> Tu m'as fait penser à lui.<br /> Encore que la fin m'a fait penser au "Meilleur des Mondes" de Aldous Huxley.
Répondre
L
je compte le laisser pour une petite hibernation ... je verrai aprés ... par contre je connais ni René Barjavel ni Aldous Huxley<br /> Et grâce à toi j'ai fait une petite recherche sur Internet histoire de me familiariser avec les deux auteurs ... en attendant de rentrer et me promener ds leurs mondes
T
Donc, c'est moi qui a eu cette impression (ils, les autres) et j'ai assimilé la fiction à une critique dissimulée du réel. je divague divague divague...
Répondre
L
c'est bien vrai que c'est une critique dissimulée de notre malheureuse réalité mais comme a dit Massir je dois retravailler le texte ... je n'en suis pas trés satisfaite ...
T
Un bel essai de science-fiction, mais je vois beaucoup de messages à décoder.
Répondre
L
tu pourrais bien me les énumérer ... :-)  car moi, en l'écrivant j'ai été élancée comme un taureau qui a vu du rouge ... je ne me suis arrêtée que lorsque je me suis fatiguée

Présentation

  • : Dans le Monde Magique de Lili
  • : Regard sur la Vie ... sur ma Société au fil du Temps...
  • Contact

Profil

  • Lili
  • Je perds ma tête devant le simple sourire de ma nièce de 3 ans... 
 J'adore le regard joyeux et colorée de ma chienne à ma vue... 
 J'admire l’arc en ciel d’un matin de grisaille...
  • Je perds ma tête devant le simple sourire de ma nièce de 3 ans... J'adore le regard joyeux et colorée de ma chienne à ma vue... J'admire l’arc en ciel d’un matin de grisaille...

Divers

 

 

 

 

 

 

 

 

Rechercher

Archives