Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 14:59

Sa fourrure était blanche avec une tache marron noir qui animait de plus en plus la curiosité de ses oreilles et... Ses yeux étaient d'un gris vert brillant comme celle d'une vipère.

Je l'ai trouvé à mon retour du lycée perdu tremblant de peur au milieu de ma route... je l'ai mis dans ma poche et je l'ai emmené à la maison... et depuis, il est devenu le minou le plus gâté de chez nous...
A deux ans, mon père béat son âme a insisté pour que je fasse sortir KALAPALA à la rue pour qu'il puisse découvrir le monde extérieur.. et rencontrer sa moitié
Je me souviens quant je l'ai déposé par terre sur le gazon, habitué à la fermeté du carrelage... il ne pouvait que difficilement se tenir sur ses quatre pattes... c'était fort amusant

Mais avec le temps, CALAPALA est devenu le roi, le chef, le bandit de la résidence
Je me souviens de lui allongé sur le gazon devant la maison... Ses poils clair captaient les rayons du soleil qui passaient entre les arbres et il se roulait dans l'herbe de plaisir... Ses pattes étirées, il offrait son ventre à la chaleur du soleil en changeant de côté quand ça devenait trop fort.

Le matin, il était sur la table de la cuisine, il m'accueillait en posant délicatement ses pattes sur mes épaules et en frottant sa tête dans mes cheveux... réclamant son lait et son oeuf
Ce contact me procurait quelques frissons de plaisir et me permettait de commencer joyeusement la journée.
A midi, il réclamait sa nourriture en nous regardant d'un air attendrissant Car il connaissait son menu habituel par jour : Le matin je lui donnais du lait et un oeuf à la coque, le déjeuner quelques sardines et le soir il avait droit à des spaghettis au beurre avec quelques miettes du thon et du fromage râpé

Il n'aimait pas être porté, mais au salon il venait souvent ronronner auprès de nous... parfois, il montait sur le télévision cherchant à agripper le ballon à la diffusion d'un match
D'autre fois, on se servait de lui pour sortir le soir... pour aller en Boite... Il nous arrivait moi et ma soeur pour doubler la vigilance de mon père d'ouvrir la porte et l'une de nous deux pouvait ainsi se faufiler dehors avec CALAPALA...
Et pour rentrer le soir, on se servait du même procédé... car la porte ne se s'ouvrait que pour CALAPALA pour qu'il rentre se coucher

Attentif, il observait tout ce qui se passait dans nos vie, il était le gardien de nos secrets et la clé de nos bouffées d'oxygènes d'un temps à un autre même quand il paraissait somnoler sur un fauteuil, bien installé sur une couverture en laine...il écoutait nos histoires et  répondait à nos peines par le ronronnement tel le délire d'un sage

Un jour, après dix sept ans, il ne s'est pas réveillé, il s'est éteint tranquillement sur un canapé pendant son sommeil mais ses pas de félin circulent toujours dans nos souvenirs...

Il est de toute façon quelque part, peut être en haut en ange... peut être ici en bas en humain.

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 10:29

Il était une fois, deux frères très liés par le lien sacré du sang... Le premier s'appelait Positif et le deuxième Négatif
Ils vivaient dans un village au pied d'une très haute montagne inaccessible, difficile et périlleuse qu'on nommait Equilibre.

A la quête de l'équilibre, Positif et Négatif ont décidé de se dépasser et d'escalader la montagne et marcher jusqu'au sommet
Le pari est lourdement difficile mais les deux frères se mirent à se préparer... à se donner à fond pour avoir de meilleures conditions physiques et psychologiques.

Le jour J est arrivé et... L'expédition qui se composait seulement des deux frères s'est mise en route
Négatif trop renard et très pessimiste cherchait tout le temps l'aide de Positif, et ne perdait aucune occasion pour se lamenter et à se faire apitoyer sur sont sort... Tandis que Positif optimiste et généreux faisait tout son possible pour se battre... Cherchant à attirer l'attention de Négatif sur la rage de vaincre qui l'animait comme la flamme d'un feu enfui en lui et qui allume son énergie pour s'en sortir... pour se battre contre la cruelle nature si terrestre... Mais très humaine à la fois donc en connaissance des limites de son frère, il lui permettait des fois une halte pour souffler à chaque kilomètre de marche... pour se reposer sur son épaule

Positif et Négatif étaient très différents psychologiquement chacun avait une façon bien à lui de voir les choses et puis physiquement le premier était fragile et trop maigre et le deuxième fort et assez balèze mais malgré tout ils étaient semblable dans leurs complémentarité... Il y avait en chacun le trop et le peu... Lorsque Positif en faisait trop... Il se fatiguait très vite et... Négatif du coup, lui prenait la main... et l'entraînait par terre pour se reposer mais juste pour quelques moment car Positif trop fière de l'homme qu'il était, prenait le dessus sur ses faiblesses... et secouait Négatif de toutes ses forces en le poussant à se dépasser et à continuer la marche vers le sommet de la montagne encore loin... Son obsession l'obligeait et le poussait à aller encore plus loin dans sa quête et malgré le pessimisme de Négatif, celui-ci faisait de tout son possible pour suivre par dévouement et par amour  pour son frère... même que dans son fort intérieur il se posait pas mal de questions du genre :
A quoi bon se perdre dans le brouillard très blanc des neiges pour atteindre le sommet d'une montagne cruelle ? pour embrasser un Equilibre jusque là imaginé, idéalisé et rêvé??
Pourquoi tout cet effort qui ne mène à rien ?
A quoi sert ce défi ?
On est si bien au pieds de la montagne ? Pourquoi aller plus loin ?
Pourquoi affamer son corps et fatiguer son âme ?
Comment ai-je pu m'entraîner dans cette aventure ? Mais pourrais je abandonner mon frère dans sa folie imaginaire et rester en bas dans le désespoir de son absence ?
La réponse était évidente pour Négatif... Il ne pouvait pas baisser les bras par amour pour son frère et à qui il donnerai même sa vie pour le sauver et le protéger ?

L'histoire que je vous raconte pourrait vous paraître imaginaire mais je suis sûre que vous la connaissez très bien car elle se passe en moi et en chacun de vous...

Cela me pousse à me poser d'autres questions car... Une fois le pari gagné que sera la vie du négatif et du positif tapis en nous ? Notre vie... Sera-t-elle changée ? Ne deviendra t-elle pas ennuyeuse et sans goût ? Et si on ne réussi pas à atteindre notre sommet, ne serions nous pas perdu dans un coin à nous morfondre... à fumer une cigarette sur cigarette ? Pour mourir finalement de froid, de cancer et d'inertie ?
Notre quête vers l'équilibre ne ressemble t-elle pas à un combat perdu d'avance ? Mais  pourquoi chercher à gagner et pourquoi chercher à perdre ?

Je pense que cela doit rester un perpétuel combat pour protéger la flamme qui nous anime... pour continuer à vivre ? pour nous et pour les gens qu'on aime...
Chaque jour est un éternel combat pour atteindre notre équilibre... juste, il faut savoir se modérer pour ne pas tomber dans l'excès de Négatif à être négatif et de l'exagération de Positif à être positif ...

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 21:23

Allo…
J’ai besoin d’un homme
Juste pour qu’il me joue le prince charmant

Allo…
J’ai besoin d’un homme
Juste pour m’emmener passer le Saint Valentin au pays du soleil levant

Allo…
J’ai besoin d’un homme
Juste pour qu’il m’achète une robe YVES SAINT LAURENT

Allo…
J’ai besoin d’un homme
Juste pour rendre ma soirée inoubliable magique comme un printemps

Allo…
J’ai besoin d’un homme
Juste pour qu’il m’offre une grosse bague en or blanc avec un gros diamant

Allo…
J’ai besoin d’un homme
Juste pour payer le Japon et la note du restaurant

Allo…
J’ai besoin d’un homme
Juste pour avoir un enfant

Allo…
J’ai besoin d’un homme
Juste pour perpétuer une tradition

Allo…
J’ai besoin d’un homme
Juste pour qu’il m’emmène au bord de son jet aux îles Calliments

Allo…
J’ai besoin d’un homme
Juste qu’il me prenne une voiture, un appartement … le tout à mon nom

Allo … Allo … Allooooooooooooo
La ligne est coupé … je crois que j’ai exagéré

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 16:56

De mon nouveau bureau, J’ai une presque vue sur le Lac, ah … j’ai oublié de vous dire que depuis presque deux semaines, j’occupais le centre du tourbillon d’un déménagement… je change d’un étage à un autre et d’un bureau à un autre

Pas très bien installée… J’attends toujours le nouveau bureau, le nouveau fauteuil, les meubles de classement, qu’on a commandé et qui nous ont pas encore livré … et ce qui me rend de plus en rogne c’est tous mes dossiers, mes chronos sont encore entassés et tapis dans des cartons alors je ne vous raconte pas mon calvaire pour trouver un document ou un papier… je suis un peu perdue
J’aime l’ordre j’aime que les choses soient dans leurs places bien étiquetés et bien compartimentés

Faire le ménage dans sa tête … dans son cœur ça nécessite une volonté d’enfer… Beaucoup de patience et une certaine connaissance dans le jardinage à cause des mauvaises herbes … je blague

J’ai l’impression qu’à chaque fois que j’écrive une pensée, une lettre ou un poème
Vous le vivez avec moi … c’est comme si je vous décrive vos sentiments… vos solitudes… vos joies à travers mon moi et selon mes humeurs qui changent tels les quatre saisons d’une journée

Sur la terrasse de mon énième étage, j’admire le gris et les quelques fils dorés du soleil qui s’échappent de temps à autre à la vigilance de l’hiver
Il me manque !
J’imagine votre expression curieuse sur l’identité de mon soupirant mais non, je parle d’hiver … de la pluie, le vent et le froid … l’atmosphère hivernale me manque
Les jours se succèdent dans leurs ressemblance … Fatiguée, Je me love sur moi-même… je m’éclipse dans ma caverne … je n’ai plus envi de sortir …je reste silencieuse … cherchant l’absolue du bonheur… En moi

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 17:26

Me voilà face à une page blanche, mon cœur se ferme, mon esprit se fige et mes doigts se raidissent et...

Le tout… refuse de s’ouvrir, comme bloqué par un malaise passager…
Comment me libérer de l’étau qui m’enserre le crâne et qui ébrèche une à une mes fragiles croyances à cet équilibre si instable qui… guète mes faiblesses ?
Folle à lier … éternelle incorrigible … J’ai l’impression de ne pas savoir où avancer… Les années tombent comme les feuilles d’un automne… je sautille de déception en déception… et les saisons défilent à la hâte sans prendre plus la peine de pleuvoir… de rayonner… de fleurir… de souffler … et le tout... s’entasse en moi…

Je me demande quand est-ce que je pourrai enfin m’allonger dans l’herbe, regarder la lune… compter les étoiles et prétendre avoir trouvé le bonheur dans l’une d’elles

Je sais que rien ne sera jamais presque parfait, qu’il y aura toujours un manque et que je ne pourrai jamais être complètement satisfaite… Je ressens ce grand vide, l’absence de quelque chose - ou de quelqu’un? - et puis… J’ai comme l’impression que désormais, cela fait partie de moi.
Cet air de tristesse qui peut se lire dans mon regard... Les gens me demandent curieusement pourquoi je suis triste… Je ne sais pas si je le suis pour de vrai… Je sens simplement que cette sensation est en moi, comme quelque chose qui voudrait éclater et jaillir de moi comme un torrent de larme…

Je ne suis pas vraiment triste. Non, je refuse de l’être.

J’ai l’impression que je traverse des bouclettes tantôt tourbillonnées tantôt désertes d’une chaîne interminable et montagneuse… Je suis fatiguée
Je mets mes lunettes, je regarde les passagers de mon histoire, je joue avec leurs intelligence… leurs degré de maturité … je plains leur égoïsme… je rentre dans leurs cœurs … je découvre leurs petitesse et j’imagine leurs histoires… J’attend pendant des heures, je pense à tout et pourtant à rien, je m’assoies par terre... à chercher le lien qui me touche… qui m’attache… qui m’unis … je n’en trouve rien... pour mon malheur… Je ne trouve que mon erreur

Je me sens d’humeur changeante… il m’est terrible de ne savoir doser l’étendue de mes sentiments… ma terre tremble … mon moi bouge… Ce n’est qu’une période de transition préparant ma fin…


Tous ces gens qui construisent mon quotidien, que je déteste … que j’aime … que je chérisse … que j’ignore… que j’embrasse… que je rejette …
Tout ces endroits que j’ai visité que j’ai exploré tout ces rues que j’ai traversé encore et encore, tout mes aller-retour dans le monde du passé… du présent passé, à écouter à m’écouter à parler, les aveux, les confidences…les méchancetés et les secrets
Ils ne forment plus qu’un fil de parfum enivrant derrière-moi… Comme ces traces sombre que laissent les bébés tortues à leurs naissance lorsqu’ils cassent leurs œufs et sortent des profondeurs sablées pour embrasser les vagues bleues de l’océan… pour épouser une liberté dangereuse mais si belle si libératrice… si vaste

Océan de ma renaissance … pourquoi suis incapable de plonger… Ai je perdu le fil de mon instinct ?
Ai je perdu mon cœur ?
Je pleure pour me purifier, je pleure pour tout recommencer?
Je suis moi, on ne force pas les gens à sourire. Pourtant… au fond, j’attend toujours.

Je m’élève sur mon petit nuage, rêveuse et légère … Un air de BRUEL me prend dans ses bras et je me surprenne à chantonner « on s’était dit rendez vous dans dix ans … » je pense que tout sera plus beau dans dix ans, ou dans dix jours … que tout sera plus facile car j’ aurai su garder les yeux ouverts, mon cœur chanteur et mon esprit libre et voyageur
J’essaierai bien de laisser couler les nœuds du terre à terre sans chercher ou me forcer à les défaire toutes... car je reste réaliste

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2007 1 15 /01 /janvier /2007 14:57

Du plus fantastique surgisse de l’Homme que je suis... L’artiste
Chasseur d’émotions, j’explore le monde et ses pistes
D’un geste de main, les couleurs enrichissent tes rondeurs tristes

Je suis Adam

Malgré le temps, qui passe et…Et les civilisations
Je suis homme… Je suis peintre… je suis vulcain
A ton touchée, je dessine avec mon pinceau tes frissons
Lionne nature sauvage de passion … N’oublis jamais je reste toujours le lion

Ton regard à la lueur d’une étoile qui brille
Sous les caresses de mon bonheur sur ma toile… Tu pétilles

Je suis peintre

De par mon souffle frissonne les flammes de ton charme
Du plus féerique des histoires … Tu me chuchotes à travers tes vagues
Oh femme…Tu es ma muse… Tu es ma haine… Tu restes ma came

Capteur de tes ondes je t’ai fait sur ma toile ma reine…
tu demeures depuis le temps des cavernes la belle héroïne de ma scène…

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 11:37

Avant hier au petit matin, dans mon lit sous ma couette, bien au chaud , la tête bien posée sur l’oreiller, et Kenza qui dormait toujours en large était à mes pieds qui grognait à chaque fois que je lui donnait un coup…

Un fond de musique, me parvenait de ma télé que j’ai laissé ouverte sur ROTANA clips, tout d’un coup,comme sous l'effet d'un éclair mes yeux se sont écarquillés… Comme à la vue d’un fantôme suite à un cauchemar qui a coupé mon sommeil…
Je n’arrivais plus à me rendormir…

L’histoire de mon cauchemar… Se limite à une scène que j’ai eu la malchance de voir, à cause de mon zapping télévisuel habituel, et … Par un terrible hasard, j’ai du m’arrêter sur al JAZIRA à cause du mot SALAAFIINE…
Et l’image qui a piraté mes rêves était celle d’une sorte de BEN LADEN cloné … Un homme aux regard haineux, assis par terre… Au milieu de nulle part, habillé en blanc… Entourée de sa longue et noir … très noir barbe… Et sous l’image, ils ont écrit « NOUS ARRIVONS » Trop taaaaaard, pour me rendormir… Et… Trop tôt pour me lever, alors je me suis assise, et… de ma fenêtre, j'ai regardé au dehors… Ma Tunis.

Il faisait encore noir gris, les étoiles commencaient à s’évaporer sous les premières lueurs du jour et sous le slow d’un silence magique, les arbres remuaient leurs branches tendrement, bercés par un vent très léger… doux malgré l’hiver…
Un vent que l’enfant qui est en moi, pourrait presque sentir sur ses joues mais qui pourtant n’atténuait pas la sensation de chaleur sécurisante qui se répandait de mon cœur dans mon atmosphère de paix

Une silhouette noir, vêtue en blanc a traversé mon sommeil … Une image sous titrée par le mal, est sensé représenter le bien, a terrorisé mon regard…

Qu’est ce que le Bien ?
Qu’est ce que le Mal ?

Peut être le fait que je ne sais plus quoi répondre est grave… Est-ce le plus grave ? j ‘en doute… Ou il se peut que ça soit le fait d’essayer de chercher des réponses ou même quelques bribes de réponses … Est ce vraiment nécessaire… j’en suis persuadée

Garder et regarder l’image du clone de Ben Laden dans ma tête… C’est comme rentrer dans son jeu… Comme s’il a réussi à me piéger et que je ne faisais que gigoter dans tous les sens… Ligotée sans arriver à bouger…Sans arriver à me lever… Sans savoir le contredire… Sans savoir avancer … Sans exprimer mon mal pour pouvoir en final épouser mon bien
Je crois que le Bien quant c’est à l’excès… Il devient un Mal… et que le Mal quant c’est trop et fort il devient … un Bien… (je conseille Le Démon et Mademoiselle PRYM de COHELHO)
Alors, je pense que pour notre bien à tous c’est d’être unis … c’est ce qui compte le plus
C ‘est facile d’être extrémiste … à mon avis le plus difficile… le plus dur à doser c’est : le juste milieu… c’est tracer ses limites et celles des autres et apprendre à les respecter…
J’ouvre la fenêtre, j’ai besoin de respirer l’air frais de ma douce Tunis … En ce moment précis, je ne suis plus rien … Je fonds dans l’air … Je ne suis plus que Tunisienne qui a peur pour son pays …

Inconsciemment, je mets ma main sur le bord de la fenêtre et de mes doigts je pianote un air de musique imaginaire et… J’écoute mon cœur se battre contre la noirceur du mal qui m’a gagné… Mes yeux d’enfant se mouillent et une larme vient de voir le jour … vient de jaillir de la source de mon iris et… de couler le long de ma joue… Je touche cette goutte qui glisse sur mon doigt… pour finir … pour s’effacer…

Comme mes craintes… J’aimerai tellement qu’elles finissent par s’effacer elle aussi…

C’est l’heure, je me lève … je prends mon café … je sors ma Kenza pour un petit tour... et toujours en retard... J’attrape le métro au vol, je manque de tomber heureusement qu’il y a quelqu’un qui m’a tenu la porte ouverte sous l’insistance musicale du chauffeur du métro pour la fermer.. j’ai du bol, je trouve une place et … je colle mon visage contre la fenêtre et j’observe les maisons … les immeubles .. les trois arbres .. les écoles … qui défilent... Enfin, ce qui est sûr, c’est que tout a une histoire … et qu’on doit protéger nos histoires… et nos trois arbres

Une fois au bureau, le travail m’absorbe comme d’habitude … et pendant la pause déjeuner j’ai écrit mon début de journée …

Mon sandwich à la main, j’ai été entrain de naviguer d’une image à une autre sur Internet … j’adore explorer la laideur … la beauté de toutes sortes d’images.. et je suis tombée sur celle ci



J’ai directement pensé à Bush … Ce démon sanguinaire qui a foutu le bordel partout… Qui a soufflé le chaos dans le cœur… Dans les esprits… Dans les pays … de tout le monde
C’est le démon qui souffle du soufre dans la vision de ce que représente le mot ESPOIR, LIBERTE, INDEPENDANCE et PAIX
Je déteste Bush
Il y a malheureusement 52% (Riches) qui ont voté et qui soutiennent GEORGE W Busher ce n’est pas rien … Même, s’il y a 48% (Pauvres) qui ont voté contre … ça lui a permis quant même d’avoir le TOUT… Pour le malheur du Monde

Depuis le 11 septembre, les masques sont tombés … Mais depuis bien avant les cœurs se sont durcit, les consciences se sont volatilisées et les corps se sont robotisés

L’Islam dans le Monde
Un certain Dr Abdullah M.KHOUJ content de lui même, a dit que « les attentats du 11 Septembre ont sorti cette religion de l’invisibilité dans laquelle elle se trouvait »

JE ME DEMANDE

Pourquoi ne pas pratiquer sa foi dans la limites de sa personne ? Pourquoi on a tant besoin de le crier sur les toits ?

On est en temps de guerre, et on n’est pas unis … Plus on est discret mieux c’est … Comment les Israéliens ont pu réussir à accéder dans les postes les plus prestigieux et clés du Congress et du monde politique et industriel... à l’échelle Mondiale ? Et Pourtant ils sont une minorité et c’est eux qui détiennent le Monde !!!

Ils occupent le haut des échelles universitaire scientifique et technologique, ils contrôlent les Médias, ils ont réussi à psychanalyser l’Histoire, ils ont l’argent, ils sont unis … c’est ce qui leurs a donné le POUVOIR

Il est vrai qu’une minorité de guerriers de HEZBOLLAH s’est bien défendu contre « des gigantesques moyens militaires et technologiques » Israéliens

Mais est ce suffisant ?
N’était il pas très lourd et cher le prix à payer ?

La différence entre la présence de Islam aux Etats Unis et en France (ou en général en Europe) réside essentiellement aux spécificités sociales et économiques des populations immigrées.
En fait, c’est aux Etats Unis que l’on trouve les médecins, les universitaires, les ingénieurs, les chefs d’entreprise et les scientifiques par contre en Europe, l’immigration est surtout liée à l’appauvrissement des sociétés du Maghreb, d’Afrique, d’Inde, du Pakistan…
C’est aussi les éléments les plus vulnérables économiquement et les moins éduqués au sein de leur société d’origine.
En conclusion, la présence des musulmans dans l’Université Américaine est nettement supérieure à celle que l’on observe dans les Universités Européennes.

Elle explique la vitalité et le dynamisme de la pensée Musulmane Américaine
Mais … pourquoi avoir détruit tout ça ? pourquoi vouloir détruire tout ça ?

Remarque : Mes chers,

je ne suis ni trés Politique ni tres Religion... je n'écris que ce que je sens ni plus ni moins

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 16:47
cher ami, Je vois que tu as lu tout mes poèmes, toutes mes lettres ouvertes et même les paragraphes … les phrases que j’ai soigneusement gommé …
je suis très touchée de constater que tu as essayé de lire entre les lignes de mes pensées décrites
mais, vois tu je ne cherche pas le rêve de me perdre dans un univers aussi profond que vaste tels que l’Internet… et je ne cherche pas à fuir une réalité qui m’exaspère ou que je n’aime pas au contraire, de par quelques idées, j’essaie de lancer des débats … de communiquer avec les autres
il est vrai que je suis curieuse de connaître le fond des pensées de toute personne homme ou femme et l’anonymat aide à délier les langues et à exposer les idées

Personne n’est satisfait de sa vie… chacun aurait aimer être autrement ou ailleurs… c’est faisable pour un célibataire mais ce n’est pas le cas surtout pour quelqu’un qui a une famille à protéger … des vieux parents à aimer ou à entretenir et des enfants à charge et à élever
Que faire… face aux responsabilités qui s’alourdissent au fil du temps ?
Que faire… face à nos vieilles traditions … à nos terribles habitudes ?
Tu disais que « Les tableaux familiers embrouillent nos regards chaque jour » il se peut mais je pense que sans ses tableaux là on n’existe pas … que ce qui nous brouille l’esprit c’est nous … c’est notre façon de voir qui est très fermée et très idéaliste
Je ne sais pas si tu as vu MIDNIGHT EXPRESS mais je l’ai vu quant j’avais 17 ans … ma seule fenêtre sur le monde était la télévision … le film réalisé par ALAN PARKER devenu classique racontait l’histoire d’un mec qui s’est fait chopé avec de la drogue juste quelques grammes d’hachisch à l’aéroport en Turquie et de suite, il a été jugé… emprisonné à perpétuité dans une terrifiante prison turque
Le film racontait son calvaire dans des geôles d'une extrême inhumanité mais je pense que la scène inoubliable et moteur de ma vie et de ma vision des choses était celle dans une cave sordide de la prison ou quelques prisonniers faisaient les sept tours comme à la Mecque, le mec s’est trouvé avec le groupe mais il s’est arrêté et a commencé à controverser le mouvement d’où la réaction agressive et violente des autres prisonniers devenus automates
Vivre … c’est aller contre nos terribles habitudes… et ma foi, ce n’est pas si évident à le faire … ça nécessite je crois une tonne de courage et beaucoup de force
On a toujours des problèmes avec quelques‘uns de nos collègues mais ça rentre dans le cadre de notre survie, de notre force pour exister et pour marquer notre territoire à chacun

Chercher le collègue, le voisin, le patron IDEAL qui de nous ne la pas souhaité des milliers de fois … Chercher l’homme parfait, le prince charmant … la femme idéale … qui de nous n’a pas rêvé de rencontrer la reine de son cœur ou l’élu de sa vie mais soyons réaliste … on s’ennuierai sûrement
Imagine si dans le monde des Schroumpfs, il n’existe pas Gargamel et Azraël … le désastre aurait été immense
« La vie est simple, la vie est belle.. C’est ce que je n’arrête pas à me le dire et pourtant, ce n’est pas si évident.. »
et bien oui ce n’est pas évident il ne suffit pas de le dire… il te faut appeler une femme de ménage pour faire le nécessaire dans ta chambre … Arranger chaque chose à sa place, nettoyer les taches sur ton clavier et te rendre illico chez Géant pour t’acheter un diffuseur de parfum d’intérieur… prends Jasmin ou citron … je t’assure que c’est vraiment bon pour l’humeur … pour le sourire et pour les idées

Que le fait de cliquer sur mon Blog pour te retrouver sur la plage avec une petite adorable marmotte armée de son seau pour rassembler ses coquillages… j’en suis heureuse pour toi mais depuis le temps la gamine a grandit pour se retrouver dans les embouteillages … la circulation … les gens pressés … les ordures … les flaques d’eau … de la ville mais tu peux faire comme moi quant il pleut c’est fou que c’est bon de sautiller d’une flaque à une autre…car malgré le temps qui passe la gamine ou la marmotte comme tu le dis est toujours là
Alors, mon cher
Cherche l’enfant qui est toi…

Que tu me témoignes de l’admiration… ça me remplie d’honneur … Que tu m’écrives me remplie de beaucoup de bonheur…
Pour lire tes trois pages, nid de différents sentiments et pas mal de réactions face à ce que j’ai pu écrire ou dire
Depuis hier, j’ai mis beaucoup de temps … tu m’en excuses

Tu disais que ta femme est très belle et que tu l’as connu depuis qu’elle avait quinze ans … et qu’avec le temps elle a changé … mais toi aussi tu as changé
Tu as connu une adolescente … et je crois qu’elle a grandit en sachant que tu étais et que tu serais présent dans sa vie pour toujours donc elle a toujours compté sur toi et ne s’est occupée que de la constitution de votre famille mais en contre parti a délaissé son jardin secret à l’abondant
Tu as agit comme tout les hommes machos et arabes… qui cherche à être le premier dans la vie d’une femme et oublie qu’elle a besoin de temps pour se découvrir … mûrir et découvrir

Je ne pense pas que c’est de la foutaise d’être différent… chacun est différent par son physique, son caractère, sa volonté, son environnement familial, ses faiblesses, sa culture, son apprentissage de la vie, son intelligence, sa richesse ou sa pauvreté… etc.
La vraie foutaise c’est le non respect pour la différence des autres… enfin je crois.

Quant à mon choix pour le titre « une fille facile » … ce n’était pas par rapport à ce que je pense moi mais c’était par rapport à quelques phrases écrites concernant la femme en général par une personne qui était derrière mon écran … j'ai ajouté la suite de cette discussion  
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 17:37
Il a vécu à Tunis, on a étudié ensemble … on était voisin … il connais presque tout de nos habitudes alors que moi, je ne sais rien de son monde …
Une fois, j’ai été invitée chez lui … je n’ai jamais vu autant de juifs rassemblés dans toute ma vie…

Je ne connais rien ni à leurs traditions ni à leur religion… absolument rien… quand j’ai touché « la Tora » pour la première fois c’était un samedi à la lumière d’une bougie et.. les ombres de ses deux oncles se sont arrêtés de parler pour me fusiller de dos

Sa mère, son père ce sont des amours de bon vivant … et ils m’adorent …
Sa mère m’a appris pas mal de trucs de cuisine … j’ai été invité à beaucoup de leurs soirées … je ne faisais qu’observer chaque détails …de leurs faits et gestes… d’ailleurs, j’ai appris que la communauté juive de Tunis possédait une sorte de caisse pour recevoir les dons des juifs qui venaient en Tunisie pour El Ghriba ou pour tourisme ou pour affaire …

Il faut dire qu’à 9 ans, je croyais que les Israéliens en générale, étaient physiquement une sorte de monstre à deux têtes, quant j’en ai fait part à mon ami d’enfance de ma naïveté, il a éclaté de rire et il m’a dit « tu n’as pas complètement tort, la plupart des gens de ma race et même ceux de ta race possèdent deux têtes » et il a continué à rire

je ne cache pas que le peu que j’ai vu m’a intrigué et m’a fait peur…
La peur de constater qu’ils sont unis, qu’ils s’entraident entre eux, qu’ils sont loyales, qu’ils ont le pouvoir de l’argent pour faire le bien comme pour faire le mal
Mais, j’adore mon ami d’enfance … il demeure à mes yeux juste Tunisien
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 17:19
Deux mondes si différents
Qui se cherchent et … Qui se rencontrent
dans Le Noir et le Blanc …
Est ce une belle réalité .. ? Rouge de Passion ?
Ou juste un chapitre dans l’interminable Roman ?

Deux esprits se retrouvent enfin ..
Et main dans la main … Ils tournent …
Ils dansent … Sur la Magie d’une Valse … Sur le libre Ton … Du hors Temps

Mais… Le 21ème siècle , en Bateau nous mène… Théâtre gris de notre scène
Avec son lot de plaisirs de bonheur et de beaucoup de peines

PETER PAN des temps Modernes
à la recherche
D’une CENDRILLON au cœur d’une reine

Tout se déroule à la Nord Africaine … Avec deux portables à l’Européenne
Les deux Tourtereaux se parlent … Se cherchent … Se complètent … Se mangent
Et les messages affluent … Se dessinent … Se suivent …
Sans traîne … sans peine … à la chaîne

Gémeau,
A lui seul … deux visages …
Tel un vrai mage
Tantôt généreux, sensible, tantôt dur, brutal … Tel un Roi selon un vieil adage
Joueur, déconneur et bon rieur … Mordant la vie avec rage
Se dit sociable !!?
Gaieté, joie de vivre avec bonheur … il les partage
Menteur, derrière le charme de son visage
Un monde secret, nature et paix…
Unique maître à bord, … Seul l’élu aura un accès
Notre gémeau est bel et bien un sage

Je tourne la page …

Voici Verseau,,
Royale est son sceau … Transparente est son Eau
Rebelle dans le traditionnelle, indépendante de ses idées, lucide dans ses pensées
Petite, fragile, aérienne telle une fée…
Contradictoire, entre un corps endiablé et une âme de bébé
Manque de pot
Le verseau a toujours besoin d’être secoué… est ce faux … est ce vrai ?

Voilà une histoire d’un Homme mi-Ange
Et d’une Femme mi-Démon

Qui commence

Dans les profondeurs ensoleillées d’une journée en Mai
Premier rendez vous tant attendus était dans un café

A peine… Elle, est arrivée,
Que de tout son être … Elle s’est plongée
Dans son regard malicieux à l’éclat du nacré
Sans trop réfléchir … De tout … De rien, ils parlaient
Lui, de tout son Aura … De ses yeux … la dévorait
Angélique était leur matinée

JALOUSE … je suis jalouse de moi en elle … d’elle en moi

J’imagine … et Je ferme les yeux c’est si bon de rêver

Diabolique commence la soirée
j’effleure de mes lèvres la magie de son baiser …
Ma langue se faufile en douce cherchant à goûter le miel de ses pensées
Je ferme les yeux je m’abandonne, et je respire la paix

Son cœur à la chamade me porte sur des ailes, tremblante mon nirvana de lui si belle
M’entraîne, le réclame, le porte, le respirent et ça m’ensorcèle

je n’arrête point … ou justement il faut que j’arrête… que sera t’il demain
Mes esprits sautillent et dans tout les sens s’éparpillent
le soleil déjà brille … Allez réveilles toi …ma fille
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Dans le Monde Magique de Lili
  • : Regard sur la Vie ... sur ma Société au fil du Temps...
  • Contact

Profil

  • Lili
  • Je perds ma tête devant le simple sourire de ma nièce de 3 ans... 
 J'adore le regard joyeux et colorée de ma chienne à ma vue... 
 J'admire l’arc en ciel d’un matin de grisaille...
  • Je perds ma tête devant le simple sourire de ma nièce de 3 ans... J'adore le regard joyeux et colorée de ma chienne à ma vue... J'admire l’arc en ciel d’un matin de grisaille...

Divers

 

 

 

 

 

 

 

 

Rechercher

Archives