Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 11:49
Je suis rentrée chez moi, après avoir bu un café ou plus exactement un chocolat chaud avec des amis…
Fatiguée… Je n’avais qu’une seule idée prendre place dans mon lit et zapper d’une chaîne à une autre jusqu’à ce que je m’endorme
Quelqu’un sonne à la porte…J’ouvre et je tombe sur un ancien voisin une sorte d’ami d’enfance que je vais appeler Monsieur X
Etonnée, je ne savais plus que faire en premier s’il faudrait que je le fasse entrer ou qu’il faille tout d’abord appeler ma mère
Je le laisse dans le hall, je monte arracher ma mère de son lit qui ne voulait pas descendre… Avec un sourire forcé, elle l’invite dans le salon qui était froid comme du glaçon … C’est rare où qu’une personne nous rende visite donc c’est l’unique pièce qui n’est pas chauffée

Pour expliquer l’objet de sa visite, il lui présente ses vœux de bonheur pour l’année 2007, pour l’Aïd … ses condoléances pour le décès de mon père qui est mort depuis presque trois ans … (Et que je me souviens l’avoir rencontrer au centre ville il y a deux ans et que je le lui ai dit)

Ma mère avec les minutes qui passaient commençait à le dévisager … à peser ses mots … à s’intéresser à ses propos
Il ne fumait pas… il ne buvait pas… et il faisait ses prières…Et moi, exaspérée, je voulais couper cette jolie discussion par comment va ta femme ? Est-ce que tu as eu un enfant ou pas encore ? Mais pas de chance pour que j’aille regagner mon lit… il a divorcé il y a quelque temps mais aussi a acheté une maison… une petite villa quelque part dans une bon lieu
Alors ma mère se sentant légère comme une dinde qui n’arrivait pas à voler s’est levée avec une soudaine énergie direction la cuisine pour lui préparer un café
Lui, profitant de l’absence de ma mère… Moi, irritée mais polie face à une tonne de questions du genre tu ne t’as pas encore décidée à faire le grand saut … pour construire un foyer … t’es toujours rebelle … etc.
Ma foi, je bouillonnais de l’intérieur et j’avais le visage crispée sur un Big Cheese car j’ai été entrain de justifier mon point de vue … Ma façon de voir les choses avec la crainte de me faire surprendre par ma mère
Elle rentre dans le salon avec du café, des fruits, un sourire et une question pourquoi as-tu divorcé ?
Avec une réponse vague, il détourne la discussion pour inviter ma mère à un déjeuner chez lui … Un dimanche afin de lui faire visiter sa maison.

Je connais très bien ce genre de mec, il ne bouge que selon ses intérêts…
Il y a trois ans, je l’ai rencontré par hasard aux alentours de mon bureau à l’heure du déjeuner, après les comment (s) vas tu … Ca va bien, tu t’es mariée ? Non et toi … ? Oui je me suis marié et j’ai un enfant … Tant mieux, je suis contente pour toi… Du nouveau dans ta vie ?… Oui, mon père est décédé… Béat son âme il y a quelques mois, c’est dur.. mais bon heureusement qu’il y a le boulot … le travail … Je ne le savais pas… Je te présente mes condoléances, tu travailles où ? pas loin d’ici d’ailleurs, il se fait tard… Je dois retourner au boulot … Attend, je viens avec toi, je voudrais imprimer quelques documents je peux venir avec toi … Oui bien sûr
Je lui présente notre directeur financier qui est à part un collègue un bon ami à moi, je lui prépare ses documents… entre temps, en discutant avec mon collègue il essayait d’arracher un contrat avec nous
Et en sachant qu’il venait de ma part, mon collègue lui a promit de faire un effort pour soutenir son dossier
Et les vas et viens se sont répétés directement au bureau de mon collègue … les sortis pour le café aussi … pas le moindre bonjour pour moi
Un jour mon collègue, excédé par l’insistance de Monsieur X, me téléphone pour me poser une très simple question « est ce que tu veux vraiment que je l’aide » et ma réponse était NON

Alors, qu’il vienne nous souhaiter une bonne année à 21h30 du soir et nous faire un exposé … une sorte d’un coup de marketing de sa personne et entre deux phrases un verset de coran Dieu a dit ceci Dieu a dit cela … avec beaucoup de conseils du genre « Ne te force pas trop au travail, pense à toi .. à ta santé... à te construire une vie … »

Tout cela m’a énervé grave heureusement que tout a une fin et que j’ai pu enfin regagner ma chambre … jouer avec mon chien bouffer un peu de sincérité animale et d’amour inconditionnel et le plus miraculeux de tout c’est que je n’ai pas eu droit aux commentaires de ma mère
Echappée belle
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2007 3 03 /01 /janvier /2007 09:56

Cette histoire est l’histoire de FERID HAJ MOHAMED ... Elle se passe à Tunis… Parce que le centre ville est un bon endroit pour situer de vieilles … De terribles … De belles … De dangereuses…  D'extraordinaires … De vulgaires…  De bonnes  HISTOIRES….

Il vit dans cette histoire … mais,  chaque jour il la découvre un peu plus… c’est rare ou il s’arrête pour regarder au plus haut … Admirer la liberté des oiseaux … L’architecture des immeubles du passé … La verdure des arbres et… C’est par manque de courage qu'il ne voudrait regarder en profondeur dans les dessous de l’intérieur …Dans la souffrance des âmes en pleurs …

Il imagine que chacun possède sa petite histoire qui se trouve dans une plus grande histoire et que celle ci n’a pas le choix que de se trouver dans une plus grande … et que cette dernière se trouve elle aussi dans une autre plus vaste encore …plus nationale qui dépend de la  plus internationale

Mais tout le monde a … une, deux ou trois images de cette ville…  Chacun a sa propre vision …  Et pour le réalisme d’une histoire c’est bien de faire intervenir des clichés que … Le tunisien … l’ex-tunisien ou l’étranger visiteur ou encore le visiteur étranger … Pourrait  facilement partager…  Là, le cliché c’est Tunis, on peut mettre en place n’importe quel rideau de décor, n’importe quel model de chaise de café … du moment qu’on pense que c’est Tunis : l’imposante statut d’Ibn KHALDOUN entre une Cathédrale et une Ambassade de France…

Est elle piégée par la grisaille des nuages et du vent ? ou peut être est-elle cernée par les templiers toujours étrangers à notre temps ? Ou peut être est elle là juste pour dire qu'elle résiste malgrè le TOUT... 

Une Avenue …bordée d’immeubles à plusieurs âmes … qui se perdent tantôt dans l’ancien tantôt dans le moderne, … Le théâtre de Tunis  ... Toujours là … a bien résisté au risque de se démolir sous le mauvais goût du soit disant modernisme … Mon histoire est mon monument à moi, chaque jour qui passe j’ajoute une brique… Alors, voilà je vais vous raconter le dilemme de mon histoire, je raconte un certain FERID HAJ MOHAMED 

« FERID HAJ MOHAMED  vit avec sa femme et ses trois enfants depuis maintenant 18 années. Régulièrement, ils changent de quartiers pour que les enfants – deux garçons et une fille – ne s’enferment pas dans une seule vision de la ville… aller contre courant … expliquer à ses enfants que ce qui se passe dans la vie n’est pas un fleuve long calme et tranquille 

Dans chaque école, ils se font de nouveaux amis, qui viennent s’ajouter aux anciens… Apprendre à faire le pas vers l’autre .. dans une petite ville qui commence à avoir les défauts d’une grande ville… c’est bien réfléchit de FERID HAJ MOHAMED

Certes, à Tunis, c’est facile de rester en contact, même quand on est des enfants, tout est fait pour ça, le métro, Internet, les portables.
Un WEEK END alors que les enfants HAJ MOHAMED  sont chez leur oncle, FERID et sa femme ont eu une discussion. Elle veut se séparer de lui mais pas d’eux… À travers le rideau, FERID voit sa femme, des valises à la main, monter dans un taxi jaune et tout poussiéreux pour partir au loin, …

Est il content de se débarrasser d’elle … Est il malheureux de la perdre ? Certes sa vision d’élever ses enfants est différente par rapport à celle du troupeau et peut être même de sa femme ? Mais sa vision du couple est elle la même que la vision de son frère, de son collègue, de son ami, de son voisin…Du Tunisien ... de monsieur tout le monde ? Celle qui est partie ? Est elle sa femme ? Ou uniquement la mère de ses enfants ? Regrette il la femme ou la mère ?

 

Pour raconter une bonne histoire, il faut savoir de quoi on parle. Vous devez penser que celle de FERID HAJ MOHAMED  , c’est un peu la mienne… la votre … Que de toute façon, beaucoup d’histoires, de bonnes histoires ont un fond de vérité. Parce qu’il est idiot d’essayer de parler de quelque chose qu’on a pas vécu…

Mais cette histoire n’est elle pas un cocktail de petites et différentes histoires dans une corbeille d’une seule histoire qui est la même pour tout les histoires QUI SE PASSENT à TUNIS ou même ailleurs

Du vaste balcon de son immeuble à l’architecture vieille à l’italienne, assis dans le confort de son canapé vieux à l’orientale, FERID HAJ MOHAMED pensait à sa femme pas en tant que sa FEMME mais il pense à ce qu’il doit faire pour que la MERE de ses enfants rentre au bercail … dans quatre mois l’examen du bac de son aîné et le 9ème de la petite

 

Du haut de son balcon,  FERID HAJ MOHAMED promenait son regard entre le va et le vient de ce  modernisme et de ce  traditionnel du centre ville … de sa Tunis …De sa bien aimé Tunis et c’est décidé, il prends son portable... Il téléphone à son beau père… des paroles d’hommes son échangés…

Le lendemain à la première heure du matin, un taxi jaune et poussiéreux s’arrête dans le centre de la ville devant l’immeuble de FERID HAJ MOHAMED, une femme descend, des valises à la main monte les escaliers... Ouvre la porte pénètre dans la chambre où FERID HAJ MOHAMED dormait et sans un mot défait ses valises puis prépare un café et se dirige vers le vaste balcon, s’assoit sur le traditionnel du canapé pour regarder le temps passer... et le fleuve continu son court calme et tranquille... 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2007 2 02 /01 /janvier /2007 17:09

MEMOIRE

Le 03 Octobre 2004, une date qui annonce la fin d’une vie d’un papa et le début de la tristesse d’une fille à son papa

Ma vie…  me paraît comme  une sorte de demeure… J’ai passé une année prisonnière dans une triste  pièce … Et du fin fond de  mon cocon de chambre … Je lève les yeux … Le haut,  attire mon regard …

Je suis Crédule … face à cet espace incompréhensible dans sa transparence

Je me lève

Je me pivote sur moi même telle une danseuse du classique … Autour de moi … il n’y a que des photos … qui flottent dans l’air … des milliers de clichés de chaque minute, du moindre battement de cœur … et … personne ne compte à part cet homme, aux gestes fières, aux cheveux gris, au cœur généreux et altruiste, aux regards perçants, à la langue bien pendue sage et tranchante, au sourire miel et moqueur … son âge ne compte pas … la maladie ne m’effraie plus … ses faits et ses gestes ne sont plus vraiment à la une de ma vie mais papa demeure si grand, si fort, si présent dans mon cœur dans notre cœur  

Papa,

Je me sens perdue sans toi…  Ce qui me réconforte en ces moments de désarroi, c’est ton amour pour moi Je te demande pardon si je n’étais pas là pour toi  en ces derniers jours de ta vie je regarde en bas … c’est profond … comme ma propre solitude sans toi … quelque chose  m’attire … Ma culpabilité, je pense … Car Avant de mourir, tu étais si inquiet,  face à mon entêtement de ne vouloir me marier …  Triste,  de ne pas avoir eu le temps de prendre dans tes bras ton petit fils Je suis désolée de t’avoir déçu … Mais c’est plus fort que moi… Je n’ai pas encore rencontré la bonne personne… c’est tout…

Je  ne me marierai jamais juste pour le mariage…  Je suis si incapable de trahir ma façon d’être … incapable d’être ce que les lois du troupeau veulent que je sois … Mais au fond, quand nos regards se croisaient le temps d’une seconde… Je  lisais dans tes yeux ce que les autres ne pourraient jamais comprendre pendant toute leur vie … et toi dans les miens ma fierté d’être ta fille

Mon papa chéri, Repose en paix que tous ceux qui t’on connu et aimé, aient une pieuse pensée pour toi et prirent Dieu pour la paix et le repos éternel de ton âme, de t’accorder son infinie Miséricorde et de t’accueillir dans son éternel Paradis.

Et puis, on compte sur toi …Tu es notre ange gardien

 On t’aime … on ne t’oublie pas

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Dans le Monde Magique de Lili
  • : Regard sur la Vie ... sur ma Société au fil du Temps...
  • Contact

Profil

  • Lili
  • Je perds ma tête devant le simple sourire de ma nièce de 3 ans... 
 J'adore le regard joyeux et colorée de ma chienne à ma vue... 
 J'admire l’arc en ciel d’un matin de grisaille...
  • Je perds ma tête devant le simple sourire de ma nièce de 3 ans... J'adore le regard joyeux et colorée de ma chienne à ma vue... J'admire l’arc en ciel d’un matin de grisaille...

Divers

 

 

 

 

 

 

 

 

Rechercher

Archives